Affaire Claude Guillot

Cet article est lié à une ou plusieurs affaires judiciaires en cours.

Le texte peut changer fréquemment, n’est peut-être pas à jour et peut manquer de recul.

Le titre et la description de l'acte concerné reposent sur la qualification juridique retenue lors de la rédaction de l'article et peuvent évoluer en même temps que celle-ci.

N’hésitez pas à participer de manière neutre et objective, en citant vos sources et en n'oubliant pas que, dans nombre de systèmes judiciaires, toute personne est présumée innocente tant que sa culpabilité n’a pas été légalement et définitivement établie.
La dernière modification de cette page a été faite le 9 septembre 2022 à 11:38.

L'affaire Claude Guillot concerne le pasteur de l’Église évangélique baptiste Claude Guillot reconnu coupable de violences physiques et psychologiques sur cinq enfants. Un recours collectif est déposé, en 2021, contre Claude Guillot, les églises évangélistes de Québec et de Victoriaville, ainsi que l’Association d'Églises baptistes évangéliques au Québec supposées « complices » des abus physiques, psychologiques et sexuels que le pasteur a fait subir à ses victimes.

Historique

Le pasteur Claude Guillot est arrêté et emprisonné en décembre 2015. L'acte d'accusation indique qu'il a commis des voies de fait contre cinq jeunes âgés de 4 à 15 ans de 1983 à 2014. Quatre d'entre eux présentent des lésions corporelles et trois ont été séquestrés[1].

Claude Guillot aurait exercé des violences physiques sur près d’une cinquantaine d’enfants à Victoriaville et de plus aurait séquestré d’autres dans sa résidence de Québec. L'un d'eux est resté 13 ans, entre 8 et 21 ans, sans sortir de la maison du pasteur : « On parle d’une personne qui s’est carrément fait voler une partie de sa vie. Qui arrive à l’âge adulte, qui se sauve de chez monsieur Guillot, qui n’a jamais eu de compte bancaire, qui n’a pas eu d’emploi, qui à part apprendre la bible par cœur, n’a fait aucun apprentissage et qui, à toute fin pratique, est traumatisée et ne peut pas fonctionner en société »[2].

En avril 2022, le pasteur évangéliste baptiste Claude Guillot est reconnu coupable de 18 chefs d’accusation pour avoir fait subir à cinq enfants des châtiments corporels, à Québec et à Victoriaville, entre 1982 et 2014. Par ailleurs, un recours collectif est déposé contre Claude Guillot, les églises évangélistes de Québec et de Victoriaville, ainsi que l’Association d'Églises baptistes évangéliques au Québec supposées « complices » des abus physiques, psychologiques et sexuels que le pasteur aurait fait subir à ses victimes [3],[4].

Références

  1. « Un pasteur fait face à 12 chefs d'accusation pour voies de fait », La Presse (Montréal),‎ (lire en ligne, consulté le )
  2. « Les victimes de l’ancien pasteur Claude Guillot veulent réparation », Le Journal de Québec,‎ (lire en ligne, consulté le )
  3. « Les institutions évangélistes baptistes « complices » des abus du pasteur Guillot », Radio Canada,‎ (lire en ligne, consulté le )
  4. « 5,8 M$ réclamés au pasteur Guillot », Journal de Québec,‎ (lire en ligne, consulté le )
  • icône décorative Portail du christianisme évangélique
  • icône décorative Portail du Québec
  • icône décorative Portail de la criminologie
  • icône décorative Portail du droit
  • icône décorative Portail de l'enfance